92% des Québécois vivent ce genre de conversation au moins 1 fois par mois