Des Québécois essaient d’expliquer le mythe de la peau aimantée