Un homme illustre la réalité de se faire servir en Anglais au Québec pendant la pandémie