La triste réalité d’être « l’ami de remplissage »