Une histoire qui prouve que la culture du viol est toujours très présente au Québec en 2018