Preuve que le client n’a pas toujours raison