La fois où un pigeon était plus rapide que l’internet