Un intimidateur s’excuse après 20 ans