Une petite histoire qui nous démontre bel et bien que le client n’a pas toujours raison